La cour d’appel de Paris a décidé de maintenir les deux mises en examen de l’islamologue suisse Tariq Ramadan pour viols, jeudi.

La cour d’appel de Paris a rejeté jeudi la demande de levée des deux mises en examen pour viols réclamée par l’islamologue suisse Tariq Ramadan, remis en liberté mi-novembre.

La chambre de l’instruction a confirmé la décision des juges qui avaient considéré l’été dernier cette requête « prématurée ».

Tariq Ramadan est mis en examen depuis le 2 février 2018 pour deux viols, dont un sur une personne vulnérable, des accusations qu’il conteste fermement.