Dernier grand rite de la petite enfance, l’entrée en sixième marque le début de l’adolescence. C’est aussi une véritable révolution sur le plan de l’organisation. Quelques clefs pour accompagner au mieux votre enfant. 

Plusieurs professeurs, des classes différentes, un emploi du temps variable, des bulletins trimestriels, un carnet de liaison : le fonctionnement du collège est très différent de celui de l’école primaire. Ajoutons à cela la peur de se perdre dans les couloirs, d’être séparé de ses amis, mais aussi de se faire malmener par les « grands »… L’entrée en sixième a de quoi être anxiogène pour l’enfant. D’un univers où il était encore très encadré, il va devoir  apprendre à s’organiser. De « grand », il redevient le « petit » de la cour.

›› L’AIDER À S’ORGANISER

Le CM2 prépare très bien l’enfant à la sixième, mais il est important que les parents accompagnent leur enfant dans cette nouvelle organisation. Les premiers jours, aidez-le à faire son sac, apprenez-lui à bien utiliser son cahier de texte ou agenda, et vérifiez qu’il ait bien fait ses devoirs. Sans tout faire à sa place, soyez à ses côtés pour l’épauler dans cette nouvelle organisation.

Petit à petit, il trouvera ses marques, mais il peut avoir besoin de conseils au début. Il faut que les parents gardent un certain contrôle, et que l’enfant sache que ses parents sont derrière lui en cas de problème. Lui laisser de la marge pour qu’il gagne en autonomie, tout en étant présent pour l’aider et contrôler d’un œil discret son mode d’organisation : tel est le bon compromis à trouver.

›› S’IMPLIQUER DANS LA VIE SCOLAIRE

Prenez régulièrement rendez-vous avec les professeurs pour rester informé des progrès de votre enfant ou de ses difficultés. Plusieurs interlocuteurs sont là pour répondre à vos questions : le professeur principal, le conseiller principal d’éducation ou bien un enseignant de l’équipe pédagogique.

Le début d’année scolaire est le moment idéal pour que l’enfant prenne de bonnes habitudes. Voici quelques conseils à appliquer dès les premiers jours de septembre.

1. MAÎTRISER PARFAITEMENT SON EMPLOI DU TEMPS

Dès que l’emploi du temps est “définitif” (environ deux semaines après la rentrée) et les horaires des activités extrascolaires connus, faire un planning des impératifs de la semaine. Tout doit y figurer : les heures de cours, de danse, de chant, de basket… mais aussi le  temps consacré au travail scolaire (compter au moins une heure chaque soir). Mettre en place un cadre très formel et régulier est extrêmement rassurant pour des adolescents qui ont souvent tendance à se disperser, à condition toutefois de se prévoir des temps libres, histoire de souffler un peu.

On pense à afficher un exemplaire de l’emploi du temps de l’enfant dans sa chambre, au-dessus de son bureau, et pourquoi pas sur le réfrigérateur de la cuisine. En garder un aussi en permanence dans son sac d’école. En plus d’un emploi du temps bien défini, prévoir également un calendrier (de préférence grand format) de l’année scolaire. Dès le début d’année, il faut que l’enfant y fasse figurer les devoirs à rendre, exposés, contrôles, périodes de stage et de vacances.

2. UTILISER EFFICACEMENT SON AGENDA

“Pas de bonne organisation sans un bon agenda”… Mais comment le choisir ? Une page par jour ou toute la semaine sur une double page ? Avec ou sans illustration ? Il faut savoir que l’agenda idéal n’existe pas. Certains enfants ont besoin de visualiser la semaine d’un coup d’oeil pour organiser leur travail, d’autres sont plutôt du genre “séquentiel” : un jour, puis l’autre. Autre critère à prendre en compte : la taille de son écriture. Si votre enfant écrit très gros, opter pour un petit agenda avec la semaine sur une seule page n’est évidemment pas une bonne idée. Quel que soit le modèle retenu, il doit avant tout lui correspondre. Une fois l’agenda en poche, encore faut-il l’utiliser efficacement. Pas question de le laisser au fond du sac quand le professeur donne le travail pour le cours suivant, au seul prétexte que l’élève pourra les recopier sur son voisin de classe plus tard.

3. PRÉPARER SES AFFAIRES LA VEILLE

Pour gagner un peu de temps le matin, apprenez à votre enfant à préparer ses affaires la veille, son emploi du temps sous les yeux, afin de n’apporter en classe que ce dont il aura réellement besoin. Inutile de se trimballer l’intégralité du classeur de français si le professeur a précisé que la prochaine séquence serait exclusivement consacrée à la grammaire ; mais pas question non plus d’oublier la moitié du matériel, au risque de se retrouver à la traîne ou d’être sanctionné. Il faut également penser à préparer ses vêtements pour le lendemain. L’idée est de commencer la journée tranquillement et non à courir après les cahiers d’histoire et des baskets propres pour la séance d’EPS juste avant le départ à l’école.

4. TRAVAILLER RÉGULIÈREMENT

Le meilleur conseil à donner aux collégiens est de relire chaque cours à la fin de la journée. Cela est d’une efficacité redoutable. Un élève qui écoute bien en cours et qui relit ses leçons chaque soir les mémorise facilement. Au final, ses connaissances sont bien plus solides que s’il attend la veille du devoir pour tout réviser. À la fi n de chaque chapitre, il est conseillé à l’élève de faire une petite fiche synthétique avec le plan, les mots clés et les notions principales. Cette dernière lui sera très utile pour réviser le contrôle, voire le brevet, si l’adolescent est en troisième.