La chronique de Majda : Mre7ba bikoum f bladkoum

Ce matin, je me réveille décidée et psychologiquement armée pour affronter – avec un maximum de sang froid et de motivation – l’administration Marocaine. Parce que oui, il faut le dire et je ne l’apprends à personne, pour aller renouveler son passeport à la “Mou9ata3a”, il faut avoir fait au préalable dix heures de yoga et beaucoup de bouddhisme, histoire de s’anesthésier les nerfs.

 
Je réunis tous les papiers dans une pochette plastifiée en me référant au site officiel, les pointe un par un dix fois afin d’éviter le routinier et très irritant “Non, il te manque la copie du certificat de décès de ton arrière-grand-père” et m’en vais avec la mission de “conquérir” mon nouveau passeport.

 
Je décide de m’y rendre à pied. Un peu de marche ne fera que du bien à mon corps vêtu d’un tee-shirt, jeans, baskets. J’avais oublié que marcher dans ce pays était une mission plus périlleuse que la Mou9ata3a!

 

 

Je prends une avenue de trois cents mètres et regrette d’être venue au monde avec l’entrejambe dépourvue de trompe. “Zine”, “sba7 lkhir”, “hadchi mzyane 3endek”, “wa k** 3endek dial l7**”, “wa fine al bezzoul” et autres suggestions sexuelles plutôt hard. Il faut dire que le porno leur a fait leur belle éducation, hein! Ces paroles qui te rappellent qu’ici tu es la propriété des mâles qui peuplent ton triste pays.

 

 
Je suis arrivée à destination souffrante, transpirante, tremblante… je tends mon dossier à la dame en charge des passeports qui me dit qu’il me manque la signature de lm9eddem par ci, la photocopie de ça par là et un dossier cartonné parce que, je la cite “où veux-tu que je colle ton passeport?”.

 

 

Les fournitures de bureau ? Non, connais pas, va chercher! Je lui fais remarquer que j’ai scrupuleusement respecté la liste figurant sur le site officiel, ce à quoi elle répond en ricanant “Le site? Haha! Non tu dois suivre la feuille accrochée à la porte de mon bureau!”.

Lire aussi :  Sa seigneurie chauffeur de taxi de Casablanca

 

 

 

Bah oui! Où avais-je la tête ? J’aurais dû venir pointer la liste avec sa feuille! Quelle imbécile! Je lui explique que je ne veux pas reprendre l’avenue, qu’il y a plein de mecs dehors qui harcèlent.

 

 

Elle me regarde de bas en haut pour certainement me signifier que mon accoutrement était à l’origine de mes emmerdes, hausse les épaules et m’envoie bouler. Je cherche lm9eddem qui me fait le même sketch: regard de bas en haut et un “qu’est-ce tu veux toi?” incroyable. Je lui explique et il me signe mon papier à la hâte.

 

 
Je reprends l’avenue et le doux concert des mâles reprend. J’essaye de garder mon sang froid. Je me contiens. J’essaye de penser à autre chose, un lieu que j’aime. Je pense au Brésil et je craque. Je pleure toutes les larmes de ce corps dont je devrais avoir honte ici et crache aux pieds du mec qui me harcèle à côté. Il me regarde en faisant mine de vouloir me taper, je lui crie que je vais appeler les flics et là, fou-rire général. Les flics? Ils vont faire quoi connasse ? Ben oui c’est vrai, que vont-ils faire ? Il y a une loi mais elle sert à quoi ?

 

 
Je retourne en larmes à la Mou9ata3a, la dame feuilletait mon passeport attentivement (elle voulait certainement voir d’où l’extraterrestre que je suis venais), récupère le reste de mes papiers, me tend mon reçu et me dit de revenir “dans une semaine ou deux”. Pour la précision on repassera.

 

 

Je lui souhaite un bon Ramadan et m’en vais avec l’espoir que ce mois sera un mois de répit pour mon corps. Même si je sais que tout ça se multiplie par dix quand les Marocains ont faim et là, je ne parle pas de nourriture.

 

 

Retrouvez toutes les chroniques de Majda sur sa page Facebook.