En voilà une nouvelle réjouissante ! Alors que la plupart des femmes se trouvent chaque jour impuissantes face au harcèlement de rue, une loi vient d’être adoptée pour mettre fin à ce fléau.

 

 

 

Jeudi 12 octobre, à l’issue Conseil des ministres, Mustapha El Khalfi, porte-parole du gouvernement et ministre délégué chargé des relations avec le Parlement, a annoncé une décision que l’on attendait toutes ! « Les harceleurs et autres fauteurs de troubles et de violence à l’encontre de la gent féminine seront désormais punis par la loi et écoperont de peines de prison ferme » informe lesiteinfo.ma.

 

 

La question du harcèlement et de la violence dont sont victimes les femmes au Maroc était au centre du débat lors du Conseil des ministres. En effet, le projet de loi concernant ce phénomène existe depuis déjà un an et demi, mais rien n’avait encore été décidé à ce jour. Un retard inadmissible pour les membres du gouvernement. « C’est pour cela que la gouvernement est dans l’urgence de résoudre cette problématique dont souffre la société marocaine. Nous devons tous nous mobiliser pour combattre ce phénomène et il est inadmissible que ce projet de loi reste encore longtemps dans les tiroirs », s’est exprimé Mustapha El Khalfi.

 

 

En temps normal, le délai prévu entre le projet de loi et l’adoption effective de la dite loi est de six mois. Celle du harcèlement de rue a donc tardé à voir le jour.

 

 

Pour rappel, le projet de loi concernant le harcèlement est la violence faite aux femmes « prévoit une peine pouvant aller jusqu’à 25 années de prison » apprend le siteinfo.ma. Aussi, pour la première fois, il a été décidé que le « harcèlement sexuel » sera passible de trois ans de prison.

 

 

Une avancée nécessaire pour lutter contre ce fléau social devenu monnaie courante au Maroc. Dans ce sens, Mustapha El Khalfi a ajouté qu’il était « grand temps pour le Maroc d’avoir un cadre juridique et des lois qui protègent les femmes victimes de violence« .