Paris Fashion Week : entre strass et paillettes, des propos jugés racistes (PHOTOS & VIDÉOS)

Pendant la féerique Fashion week de Paris, les plus célèbres créateurs ont fait défiler leur collection printemps-été 2018 pour le plus grand bonheur des modistes. Malheureusement, le bonheur n’était pas le seul sentiment dominant cet événement car deux personnalités de la mode ont été à l’origine d’une polémique, engendrée par un message qui a fait circuler des rumeurs de racisme.

 

Tout a commencé lorsque Ulyana Sergeenko, créatrice de mode et fondatrice de son label éponyme reçoit un bouquet de fleur de son amie Miroslava Duma, fondatrice du site Büro 24/7, dans sa chambre d’hôtel avec une carte où était inscrit « To my niggas in Paris ».

 


Le peu que l’on puisse dire c’est que cette dernière en a fait les frais et que les grands mots ont vite été prononcés. Entre racisme et discrimination, les accusations et les insultes à l’encontre de la journaliste russe ont submergé les réseaux sociaux. Suite à cet acharnement Ulyana et Miroslava ont toutes deux présenté des excuses dans lesquelles elles déclarent être de grandes fans de Kanye West et Jay Z et que l’inscription faisait référence à leur musique.  Une évidence aveuglante peut être ?

 

♥️🙏🏼

Une publication partagée par Miroslava Duma (@miraduma) le

 

 

 

 

Malheureusement, un malheur n’arrive jamais seul… Une fois l’affaire classée, le calme a titillé les esprits ardents qui n’ont pas pu s’empêcher d’aller fouiner dans le passé des deux femmes à la recherche d’un nouveau buzz. Et ils n’ont pas été déçus ! Une vidéo publiée le 23 janvier sur Twitter a provoqué un nouveau scandale de grande ampleur.

 

 

 

C’est ainsi que durant une présentation devant un auditoire 100% blanc,  (la vilaine) Miroslava explique qu’elle n’accepte sur sa plateforme que « beauté et pureté », et qu’aucun genre d’artifice n’est toléré (transgenre, « influenceurs » à la langue bien pendue, « wonderful people ») En d’autres terme, elle cible une catégorie de personne bien précise. Mais beaucoup ont considéré cela comme une sorte de discrimination et une haute trahison. Qu’on lui coupe la tête !