Entre champs de blé à perte de vue, paysages vallonnés et verdoyants, stations balnéaires et villes chargées d’histoire, le tout ponctué par un climat méditerranéen, une langue chantante et une cuisine généreuse, escapade au cœur de l’une des plus belles régions de l’Italie. Andiamo !

Si les villes de Rome, Venise et Milan figurent souvent en tête des villes italiennes les plus prisées par les touristes, celles de Pise et de Florence n’ont rien à envier à leurs consœurs. Situées en Toscane, une petite région de 22 000 km2 au centre-ouest du pays, Pise et Florence sont de véritables musées à ciel ouvert qui nous embarquent pour un voyage inédit au cœur de la Renaissance italienne.

En effet, Florence, capitale de la Toscane, concentre à elle seule 25% des œuvres du patrimoine artistique du pays. Puis, à seulement 87 km de là, la ville de Pise ne se résume pas seulement à sa célèbre tour penchée et recèle également de nombreux trésors architecturaux. Alors pour allier farniente, culture, reconnexion avec la nature et bonne gastronomie cet été, cap sur la Toscane où règne un art de vivre unique au monde ! La bonne nouvelle ? Depuis le 1er avril 2019, la compagnie low cost Air Arabia propose chaque lundi et jeudi une ligne directe ralliant Casablanca à Pise. La dolce vita s’offre à nous, à seulement trois heures de vol. Carnet de voyage.

Pise, villes des miracles

Une fois arrivés à l’aéroport de Pise, il suffit seulement de 15 minutes de voiture pour rejoindre la célèbre Piazza del Dumo, aussi appelée Piazza dei Miracoli «place des Miracles», centre religieux de la ville, abritant la très connue tour de Pise. Cette dernière s’élève aux côtés de la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption (le duomo) dont elle est le campanile (le clocher), du baptistère et d’un cimetière. Foule de touristes se presse alors pour admirer ces édifi ces, véritables chefs-d’oeuvre de l’art roman toscan en marbre blanc.

Mais ce qui fait la renommée de cette place est l’inclinaison caractéristique de la tour due à un affaissement du sol qui était gorgé en eau, dès le début de sa construction en 1173. Le fait est que tous les bâtiments de la place des Miracles sont inclinés de la même manière mais étant plus grands et plus imposants, cela se voit moins. Il est alors possible de partir à l’assaut de la tour en gravissant les 294 marches pour admirer une magnifique vue panoramique sur le parc et l’ensemble de la ville. Pour cela, il suffit de débourser 6 euros… et de prendre son mal en patience. En effet, seules 15 personnes sont autorisées à accéder à la tour toutes les 15 minutes. Autant dire que le temps d’attente peut être long. Pour les plus pressés, une simple visite du parc suffit, agrémentées de photos typiques avec la tour de Pise en arrière-plan.

Direction ensuite le cœur de la ville et ses jolies rues piétonnes. Réputée pour ses nombreuses universités, Pise est une ville jeune et dynamique. On se plaît alors à se  mélanger aux étudiants dans des bars et restaurants préservés de l’affluence touristique. Ici, on se régale de produits de la mer. Pise est en effet située non loin de la côte, sa gastronomie représente alors une exception dans la région de Toscane. Les plats y sont quelque peu épicés et proposés en grandes portions.

On se laisse tenter par les spécialités de la ville : la soupe aux grenouilles, la soupe aux haricots blancs de San Michele, du risotto aux fruits de mer ou encore des filets de poisson séchés, avant de finir par la fameuse Torta Co’Bischeri, une tarte au riz, chocolat et pignons typique de la Toscane. Pour digérer, on entreprend une balade le long des rives du fleuve Arno tout en admirant les jolies façades colorées des bâtiments de la ville.

Puis, on marque un petit arrêt à l’église de Santa Maria della Spina. Petite, elle n’en est pas moins magnifi que. Cette église gothique datant du 12e siècle doit son nom au fait qu’elle abrite une épine (spina) de la couronne du Christ, amenée à Pise depuis la Terre sainte. On peut également se rendre à la Piazza dei Cavalieri (« Place des Chevaliers ») où l’architecture du style Renaissance ne laissera pas les passionnés d’histoire de marbre, visiter le musée national San Matteo, admirer l’oeuvre de street-art Tuttomondo ou encore découvrir la ville sous un nouvel angle en se baladant sur les remparts médiévaux.

 

Florence, la capitale des arts

Direction ensuite la somptueuse ville de Florence, située à seulement 87 km de Pise que l’on rallie en voiture ou en train. Qualifiée comme l’une des plus belles villes de l’Italie, Florence présente une richesse artistique exceptionnelle. Située au cœur d’une campagne verdoyante, elle est restée une ville à taille humaine qui se visite facilement à pied. On commence alors notre escapade avec le centre historique de la ville.

On ne peut que rester sans voix face à l’imposante cathédrale Santa Maria del Fiore «Sainte Marie de la Fleur» dont les détails, appartenant au style gothique, révèlent un travail d’orfèvre. Commencée en 1296, elle sera achevée en 1436. Elle est accolée au campanile de Giotto et fait face à la porte du Paradis du baptistère Saint-Jean. À l’intérieur, le dôme de Brunelleschi de la cathédrale est un véritable chef d’oeuvre. Ce dôme, de 45,5 mètres de diamètre, est d’ailleurs le plus grand du monde. Il est possible d’acheter un billet à 18 euros qui nous permet de visiter la cathédrale, de monter à son sommet, mais aussi de grimper les 400 marches du campanile, d’entrer au baptistère, à la crypte Santa Reparata et au musée adjacent où sont exposées les statues originales de la cathédrale Santa Maria del Fiore.

Mais encore une fois, il va falloir être patient. Une queue de minimum deux heures est à prévoir, parfois plus en cas de forte affluence. Si l’attente nous fait peur, pas de regrets à avoir. Florence abrite de nombreuses églises et autres monuments historiques qui valent le détour.

Direction alors la basilique de San Lorenzo, l’un des principaux lieux de culte catholiques de Florence, qui comprend des œuvres ou constructions de Brunelleschi, Donatello, Michel Ange ou encore Verrocchio. Cette dernière est accolée aux chapelles des Médicis qui abritent les sarcophages de la famille. Les Médicis ont joué un rôle important dans l’histoire de Florence. Marchands devenus banquiers, ils étaient les princes de la ville et ont, pendant plusieurs siècles, régné sur la cité. C’est à cette famille que la ville doit également nombre de joyaux de son patrimoine dont la construction du dôme. On part alors sur les traces des Médicis en allant visiter le Palazzo Vecchio (« Palais Vieux ») situé sur la Piazza della Signoria, qui fut l’une de leurs résidences, aujourd’hui utilisé comme hôtel de ville. La famille italienne y a alors habité quelques temps avant de déménager dans le palais Pitti.

En effet, jugé trop petit pour accueillir leurs 11 enfants, Cosme 1er et sa femme Éléonore de Tolède ont souhaité aller dans un endroit beaucoup plus grand, bordé de larges jardins. Petite anecdote, un corridor en hauteur d’un kilomètre de long a dû être construit pour relier le Palazzo Vecchio au Palais Pitti afin que la famille puisse circuler sans encombre et sans risquer de se faire attaquer dans la rue par des opposants.

On parcourt alors le même chemin que la célèbre dynastie en se rendant au Palais Pitti qui est aujourd’hui le plus grand ensemble de musées de Florence et comprend plusieurs collections mineures en plus de celles de la famille Médicis. On ne rate surtout pas l’occasion de visiter le jardin de Boboli, adjacent au palais Pitti, aux paysages spectaculaires, où sont entreposées de nombreuses sculptures romaines et florentines.

Les plus courageux iront à l’assaut des 45 000 m2 de verdure, aménagés comme un labyrinthe, tandis que ceux en quête d’une pause dans leur journée touristique prendront plaisir à faire une petite sieste à l’ombre des arbres, bercés par le gazouillement des oiseaux et les clapotis de la fontaine.

On reprend ensuite notre escapade en allant visiter le musée des offices, installé dans le palais florentin dit «galerie des Offices». On y retrouve certaines des plus célèbres œuvres et peintures italiennes dont La Naissance de Vénus de Botticelli et La Sainte Famille à la tribune dite Tondo Doni de Michel-Ange. Durant notre séjour, on se rend également jusqu’à la basilique Santa Croce « Sainte-Croix », plus grande église franciscaine au monde, où sont notamment entreposées les sépultures de personnalités italiennes telles que Galileo Galilei, Michel-Ange ou encore le célèbre écrivain Dante Alighieri. On rejoint ensuite le fleuve Arno que l’on traverse en empruntant le très célèbre Ponte Vecchio « Pont Vieux », véritable emblème de la ville.

Aujourd’hui occupées par des joailliers et bijoutiers, les boutiques étaient initialement celle de bouchers, tripiers et tanneurs. Mais Ferdinand 1er de Médicis, ne supportant pas les odeurs fétides émises par ces corps de métiers, a souhaité les délocaliser en 1593. L’histoire raconte aussi que durant la Seconde Guerre Mondiale, Adolf Hitler demanda à ses troupes d’épargner le Ponte Vecchio car il en était tombé amoureux. La ville de Florence est alors un terrain de jeux et de découvertes inépuisable pour les férus d’histoire. Mais les accros au shopping ne sont pas en reste !

Florence concentre en effet dans ses rues piétonnes une multitude de magasins, entre boutiques de luxe de célèbres griffes italiennes et grandes marques de prêt-à-porter. Pour finir notre visite, direction l’esplanade Michel-Ange, appelée Piazzale Michaelangelo qui offre le plus beau panorama de la ville.

Côté gastronomie, les amateurs de viande vont être servis car la cuisine florentine est d’origine rustique, paysanne, réalisée à partir d’ingrédients issus du terroir et fait la part belle à la chair rouge. On se régale d’une bistecca alla fiorentina, un steak de style «T bone» entre le filet et le faux-fi let, de stracotto alla fiorentina, un ragoût de viande de bœuf ou encore de plats à base de tripes. Impossible également d’évoquer la gastronomie toscane sans parler des pâtes.

Ravioli al tartufo nero (raviolis à la farce de ricotta et de truffe noire), spaghetti al pomodoro e basilico (tomates et basilic) ou encore lasagnes au pesto, il y en a pour tous les goûts. On se laisse également tenter par une bonne pizza puis, on finit en douceur avec une traditionnelle glace italienne, une panna cotta aux fruits rouges ou des gâteaux aux amandes.

En ce qui concerne les bonnes adresses, le restaurant Zaz à est l’une des tables les plus réputées de la ville. Le restaurant Boccanegra et le restaurant Finisterrae ont également été testés et approuvés Qu’il s’agisse des habitants, des paysages, des monuments ou de la gastronomie, la Toscane est un voyage inoubliable  et nous repartons tous avec une seule et même envie… celle de revenir au plus vite !

Vol direct Casablanca-Pise : aller-retour à partir de 2 000 DH avec Air Arabia.