Arrêtée aux Emirats Arabes Unis, la styliste Aicha Ayach faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé par le Maroc. Qui est donc cette protagoniste soupçonnée d’être la tête pensante derrière les comptes Instagram et Snapchat Hamzamonbb ?

Aicha Ayach, de son vrai nom Aicha Ayouch, fait partie de cette vague de stylistes qui ont développé ces dernières années la tendance d’abaya style khaliji (du Golfe).

Tout comme son amie intime Dounia Batma, elle a grandi dans le quartier Hay Mohammadi de Casablanca. Selon plusieurs sources concordantes, Batma lui a été d’un grand soutien dans ses débuts et par la suite dans le développement de ses affaires entre le Maroc et Dubai.

En juin 2017, elle avait été l’invitée de l’émission Sabahiyat 2M de Leila Hadioui pour parler des raisons pour lesquelles elle a jeté son dévolu sur cet habit venant du golfe arabique.

La vidéo de la jeune femme sous le titre: «Quand « la Abaya », se met à l’heure des tendances mode» a été supprimé du site web de la deuxième chaine après l’arrestation de la styliste.

«Batma fait partie des premières artistes femmes qui ont porté mes «abayas», a-t-elle déclaré dans une vidéo postée sur YouTube.

Les abayas qu’elle a conçues trouvaient beaucoup de succès notamment chez les artistes marocaines comme la chanteuse Latifa Raafat. C’est cette dernière qui lui a donné un grand coup de pouce en portant des habits de sa conception pendant des soirées qu’elle a animé.

Profitant de l’intérêt de certaines femmes pour les nouveaux modèles d’abayas style Khaliji, la styliste qui a créé sa propre marque a pu développer son business entre le Maroc et les Emirats arabes unis.

Mais, il semble qu’il n’y a pas que le développement de sa marque qui l’a poussé à s’établir à Dubai.

Accusée de « proxénétisme »

Outre le fait qu’elle est accusée d’être la tête pensante derrière les agissements des comptes Hamzamonbb, elle est également accusée de gérer un réseau de prostitution entre Casablanca, Marrakech et Dubaï.

Depuis son arrestation, les rumeurs ont fusé sur les réseaux sociaux sur ses activités illicites. Plusieurs enregistrements audio, pas encore authentifiés, ont fusé sur YouTube accusant la styliste de pratiquer des activités de «prostitution», «proxénétisme» et «traite d’êtres humains».

«Elle se présente comme une styliste ou  comme une femme des médias afin de dissimuler sa principale activité. Celle de la prostitution de luxe et du proxénétisme », accuse une supposée victime sur une vidéo YouTube.

Selon plusieurs enregistrements concordants, «Aicha Ayach sélectionnait des filles à la recherche de travail dans les pays du Golfe. Voulant travailler dans du baby-sitting ou dans d’autres activités domestiques, ces filles se trouvaient prisonnière de réseaux de prostitution gérés par des Khalijis », peut-on écouter dans un enregistrement.