Depuis peu la carrière de Gad Elmaleh prend un sacré coup. Après la publication de vidéos par la chaîne CopyComic accusant l’humoriste de plagiat, et les réaction mitigées des fans et internautes, Chouchou sort enfin de son silence, et livre une version des faits des plus inattendues.

 

Lire aussi: Gad Elmaleh de nouveau accusé de plagiat, ses fans vont-ils le lâcher?

 

Souvenez-vous, la chaîne CopyComic avait publié il y a quelques semaines une première vidéo, puis une seconde accusant Gad Elmaleh de plagiat. Dans ces vidéos, la chaîne dévoile ce qu’elle appelle les “gaderies”, soit les techniques utilisées par le héros de Chouchou pour voler les vannes d’autres humoristes. Selon la chaîne, Gad Elmaleh emprunte ainsi des blagues de ses confrères et y modifie un ou plusieurs détails pour ne pas se faire prendre.

La célèbre vanne de la « baignoire », celle de « l’eau en poudre », ou encore celle de « mi-pute, mi-soumise », ne seraient pas une version originale. Regardez !

De curieuses similitudes qui ont divisé la toile. Entre ceux crient à l’imposture et ceux qui défendent Gad Elmaleh à coups de hashtags sur les réseaux sociaux.


Ce matin, sur les réseaux sociaux, Gad Elmaleh s’est prononcé sur la polémique pour la première fois. Et c’est en vidéo, en « Chouchou », et sur un ton voulu léger que l’humoriste préféré des Français s’est adressé à son public.

« Ça fait longtemps que je n’ai pas donné de news. Je sors de ma tanière aujourd’hui« , débute-t-il, déguisé en Chouchou. Et d’ajouter : « Alors, le plagiat (…) J’entends dire ‘oui, il a pris un mot par ci, un mot par là. C’est quoi cette phrase. Elle ressemble…' ».

« Alors, aujourd’hui, j’ai un message, où que tu sois et qui que tu sois, dans ton village, dans ta ville, dans ton école, si un jour, avec les réseaux sociaux, ton coeur il a saigné, sois fort. Les réseaux sociaux, ce n’est pas la vie. Les haineux, quelque part, eux-aussi, leur coeur il saigne. Alors ce soir, on va leur dire : qu’ils aillent tous se faire bien… cajoler !« , termine-t-il.

 

À bon entendeur!