Au moins quatre nouvelles militantes des droits humains saoudiennes ont été mises en liberté provisoire jeudi, à la suite de la libération de quatre autres de leurs collègues jugées avec elles, a annoncé une ONG.

Les militantes « Hatoon al-Fassi, Amal al-Harbi, Maysaa al-Manea et Abeer Namankani ont été mises en liberté provisoire », a affirmé sur Twitter ALQST, organisation basée à Londres et active sur les questions de droits humains en Arabie saoudite, ajoutant que des rumeurs circulaient sur la libération d’une 5e femme.