Dans une vidéo devenue virale, une femme originaire de la commune rurale Mejjatia Ouled Taleb, dans la province de Mediouna, affirme avoir sévèrement été battue par son époux. Indignés, les internautes demandent une sanction exemplaire envers l’agresseur.

Les yeux enflés, le corps couvert d’hématomes et visiblement encore sous le choc, une dame originaire de Mejjatia Ouled Taleb, une commune rurale située dans la province de Mediouna, dans la région de Casablanca, raconte à un passant sa terrible mésaventure.

La jeune femme affirme avoir été violemment tabassée par son mari. « Parce que je lui ai demandé pourquoi il avait tardé à rentrer », explique t-elle tout en montrant les traces des coups donnés par son époux. Elle assure également que son mari lui a enlevé ses deux filles après leur dispute.

La victime explique ensuite s’être rendue chez la police pour déposer plainte, sans succès. Selon ses dires, les agents ne l’auraient pas laissé entrer. Les autorités n’ont à ce jour pas encore livré leur version à ce sujet.

Sur les réseaux sociaux, la vidéo a été visionnée près d’un million de fois et déclenché une avalanche de commentaire. Indignés, les internautes exigent une ouverture d’enquête et appellent à sévèrement sanctionner l’agresseur.

Plus de 93% des femmes violentées ne portent pas plainte

Selon les résultats de la deuxième enquête nationale sur la prévalence de la violence à l’égard des femmes rendus publics récemment, 54,4% des Marocaines affirment avoir subi une forme de violence au cours de leur vie.

Le taux de prévalence des violences est le plus élevé dans les zones urbaines, soit 55,8%, alors qu’il s’élève à 51,6% dans les zones rurales.

En milieu familial, 17,9% des femmes marocaines ont été exposées à la violence, avec une prévalence de 92,2% de violence psychique, 21,5% de violence physique et 2,2% de violence sexuelle.

Malheureusement, seulement 6,6% des femmes victimes de violence portent plainte contre leur agresseur.