Ce week-end, plusieurs manifestations ont eu lieu dans les grandes capitales européennes portées par les mouvements  #Metoo et Time’s Up. Aux Etats-Unis aussi, l’heure était à la défense des droits des femmes mais également à l’opposition du président Donald Trump, arrivé au pouvoir il y a un an. Des centaines de milliers de personnes dont plusieurs actrices ont participé à ces « Marches des femmes » anti-Trump et ont rythmé le week-end de discours tous plus inspirants les uns que les autres.

 

New York, Washington, Philadelphie, Boston ou encore Denver. Toutes les plus grandes villes des Etats-Unis ont vu descendre dans les rues des centaines de milliers d’anonymes, accompagnés d’actrices pour défendre les droits des femmes et manifester contre l’investiture de Donald Trump. Un retour en force pour cette manifestation qui avait déjà soulevée les foules il y a tout juste un an.

 

C’est à Los Angeles que la manifestation la plus importante du pays a eu lieu avec plus de 600 000 manifestants. Natalie Portman, Whoopi Goldberg, Jennifer Lawrence, Eva Longoria, Mila Kunis, Adèle, Drew Barrymore, Paris Jackson ou encore Sophia Bush ont répondu présentes.

 

« Ce fut un honneur de parler aujourd’hui à la Women’s March. Ceci n’est pas juste un moment ou une marche, c’est un mouvement ! »

 

To showing up, standing up, and speaking up. ✊✊?✊?✊?✊?✊? #WomensMarch2018 #WomensMarchLA

Une publication partagée par Sophia Bush (@sophiabush) le

« Se montrer, se tenir debout et parler ! »

 

« La révolution est en marche »

 

Appelant à « une révolution du désir », Natalie Portman a galvanisé les manifestants en soulignant que « l’an dernier, nous parlions du début d’une révolution (…) Aujourd’hui, grâce à vous, la révolution est en marche ! »

 

Women’s march Los Angeles January 20th 2018

Une publication partagée par Natalie Portman (@nportmanofficial) le

Mais à Los Angeles, c’est le discours de Scarlett Johansson qui a particulièrement été remarqué. « L’égalité des sexes ne peut pas exister seulement en apparence, elle doit exister à l’intérieur de nous. Nous devons prendre la responsabilité, non seulement de nos actions, mais de ce que nous sommes. Nous devons faire que soit de notre responsabilité de nourrir nos propres egos de manière équilibrée, d’apprendre à nos enfants à être autonomes, et d’être des exemples pour eux« , s’est-elle exprimée face à la foule, dans un micro tenu par l’actrice Mila Kunis.

 

L’actrice s’en est également pris à James Franco, sans clairement le nommer, qui n’a pas hésité à arborer un pin’s « Time’s Up » lors de la cérémonie des Golden Globes alors qu’il a été accusé par plusieurs femmes de harcèlement sexuel et de comportements inappropriés. « Comment peut-on soutenir publiquement une organisation qui aide les victimes d’agressions sexuelles et s’en prendre en même temps, en privé, à des personnes qui n’ont pas de pouvoir?« , a-t-elle demandé, avant de lancer: « J’aimerais qu’on me rende mon pin’s, au fait ».

 

Les célébrités étaient nombreuses à défiler dans les rues de New York et de Los Angeles et n’ont pas manqué de partager des clichés sur les réseaux sociaux.

 

SIGNS UP, TIME’S UP. #PowerToThePolls #WMLA2018

Une publication partagée par Lupita Nyong’o (@lupitanyongo) le

 

« Marcher pour toutes les femmes. Et je suis là pour les amours de ma vie… mes filles Olive et Frankie« .

 

 

« Les personnes les plus influentes de ma vie ont toujours été des femmes. Ma famille, mes amis, mes professeurs, mes collègues et mes idoles. Et je suis obsédée par toutes les femmes de ma vie. Je les adore et j’ai besoin d’elles un peu plus chaque jour. Je suis tellement reconnaissance d’être une femme et je ne changerais ça pour rien au monde« . Adèle en compagnie de Cameron Diaz et de Jennifer Lawrence.

 

We are worthy!!!❤ ?:@cnn

Une publication partagée par Viola Davis (@violadavis) le

« Nous le valons bien ! »

 

Donald Trump, également pointé du doigt

 

Alors que la défense des droits des femmes était à l’honneur, les manifestants dénonçaient également les politiques de l’administration Trump, un an exactement après son arrivée au pouvoir.

 

Heather Arndt, 44 ans, une artiste qui manifestait à Los Angeles, s’est indignée que Donald Trump ait pu être élu malgré « la façon dont il a traité les femmes ». «Je veux qu’il sache que nous formons une force puissante et qu’on va changer ça », a-t-elle déclaré.

 

De son côté, le président a préféré présenter les choses à son avantage en expliquant que le taux de chômage des femmes n’a jamais été aussi bas. Dans un tweet, Donald Trump a déclaré : « Magnifique temps sur tout le pays. Une journée parfaite pour la « Marche des femmes ». Allez défiler pour célébrer les réussites historiques et les succès économiques sans précédent des 12 derniers mois. Taux de chômage féminin au plus bas depuis 18 ans ! ».